Centre Max Weber - UMR 5283

Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations

Genèse et usages d’une catégorie politique : le « travail du sexe » depuis 1978 en France

Damien Simonin

Thèse de doctorat sous la direction de Lilian Mathieu

Depuis son apparition en 1978 aux États-Unis, la catégorie de « travail du sexe » s’est progressivement diffusée en France sans toutefois s’imposer, désignant potentiellement un ensemble d’activités impliquant des pratiques et/ou des représentations sexuelles et une transaction économique, et regroupant ainsi différentes formes de prostitution et de pornographie. Cette catégorie provient d’abord de discours militants (mouvements de prostituées, féministes ou LGBT...), mais apparait aussi dans des discours scientifiques (recherches épidémiologiques ou sociologiques sur le VIH/sida) ou dans l’action publique sanitaire (santé sexuelle et prévention des IST).

En fonction des acteurs qui la mobilisent et du contexte auquel elle se rapporte, elle désigne différentes personnes et activités (surtout la prostitution féminine de rue) et porte des positions plurielles (un statut légal, contre la répression et l’exclusion, pour l’accès à des droits sociaux et sanitaires).

Je propose donc de retracer la diffusion de cette catégorie depuis son émergence en France, ses différents usages descriptifs et normatifs et les controverses dont elle est encore l’objet aujourd’hui. L’objectif, avec cette recherche, est de mieux comprendre les effets de la catégorie sur les processus de représentation et d’identification des "travailleurs et travailleuses du sexe".

Logo CNRS Logo Lyon 2 Logo ENS Logo Jean Monnet
Intranet Plan du site Mentions légales