Centre Max Weber - UMR 5283

Centre Max Weber - UMR 5283

« L’égalité sous condition », intervention de Réjane Sénac le vendredi 8 Janvier 2016

de 10h à 13h00, en salle André Frossard de l’Institut des sciences de l’homme (14 avenue Berthelot - 69007 Lyon).

Équipes concernées :  

Pour inaugurer cette nouvelle année, l’équipe TIPO (anciennement travail) du Centre Max Weber invite Réjane Sénac à son séminaire du vendredi 8 janvier 2016

Réjane Sénac est Chargée de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF. Elle nous présentera son dernier ouvrage : L’égalité sous conditions. Genre, parité, diversité (Presses de Sciences Po, 2015).

Résumé de l’intervention

"Qu’est-ce que les usages contemporains de la parité et de la diversité et les controverses sur la « théorie du genre » nous disent du principe d’égalité « à la française » ? Comment éclairent-ils la persistance du contraste entre l’égalité de droit et les inégalités sociales et économiques ?

En ce début de XXIe siècle marqué par la crise et par la défiance, il n’existe pas de consensus sur la définition du principe d’égalité, sur ses justifications publiques et sur les moyens à mettre en œuvre pour l’atteindre. L’analyse croisée de rapports, de discours, de données quantitatives et d’enquêtes qualitatives montre qu’en transformant les facteurs d’exclusion, puis de discrimination, en facteur d’inclusion, la promotion de la parité et de la diversité porte une égalité sous conditions de « performance de la différence », au sens à la fois de son conditionnement à la rentabilité de la mixité et à la mise en scène d’une singularité. Elle souligne la continuité entre les ressorts théoriques et historiques de l’exclusion de ces « non-frères » que sont les femmes et les non-blancs, et l’actualité de leur inclusion au nom de leur différence qui de moins-value devient une plus-value. Leur citoyenneté demeure ainsi celle de « complémentaires » et non de pairs. Le décalage entre l’égalité de droit et l’inégalité de fait se comprend alors comme l’expression contemporaine d’un « hétérosexisme racialisé constituant ».

Afin que l’égalité retrouve un sens et une épaisseur politique, il est essentiel de discuter sur la marchandisation du principe d’égalité, devenu un marqueur de respectabilité et de légitimité, instrumentalisé pour « enchanter » le tournant néolibéral. "

Nous comptons sur votre présence et nous réjouissons des échanges qui suivront l’intervention.

Publié le 5 janvier 2016

Logo CNRS Logo Lyon 2 Logo ENS Logo Jean Monnet
Intranet Plan du site Mentions légales