Cliquez ici si ce message ne s'affiche pas correctement
Logo CMW

Lettre du Centre Max Weber - Mardi 18 avril 2017

VIE DU LABO

RAPPEL : Cinquième séance du séminaire doctoral du Centre Max Weber 2016-2017 (24/04/2017)

Le séminaire doctoral du Centre Max Weber est animé par des doctorants et pour les doctorants du laboratoire. Il est un espace d’échanges au sein duquel il est possible de discuter, en toute convivialité, de vos recherches.

La trame principale du séminaire est cette année « la sociologie et ses frontières ». Entendue au sens large, la notion de « frontière » renvoie aussi bien aux frontières disciplinaires, culturelles, linguistiques ou encore institutionnelles, qui peuvent représenter un obstacle sur vos terrains ou, au contraire, être sources de discussions fécondes autour des objets de recherche.

La cinquième séance du séminaire aura pour intitulé :

« La sociologie hors du monde académique (1) : Répondre à une commande institutionnelle »

Elle se déroulera le lundi 24 avril 2017, 17h à 19h, à l’Institut des sciences de l’homme, en salle Berty Albrecht (16 avenue Berthelot - 69007 Lyon). La séance sera suivie d’un buffet.

Séance suivante :

Si vous souhaitez participer à l’organisation du séminaire ou d’une séance en particulier, n’hésitez pas à nous contacter via les adresses de Bastien Pereira Besteiro (bastien.pereira-besteiro@univ-lyon2.fr), de Melvin Salignat (Melvin.salignat@univ-lyon2.fr) et/ou d’Elodie Hommel (elodie.hommel@ens-lyon.fr).

En savoir plus : consulter le livret d’accueil des doctorants du laboratoire.

VIE SCIENTIFIQUE

RAPPEL : Journée pour l’emploi des docteurs en SHS (20/04/2017)

L’Université de Lyon organise la 6e édition de la

« Journée pour l’emploi des docteurs en sciences humaines et sociales »

Au programme : des conférences, des témoignages et des ateliers animés par des docteurs, entrepreneurs et professionnels du recrutement. Cette journée constitue une occasion pour les docteurs et les doctorants, d’échanger, de poser des questions, de découvrir des parcours professionnels et d’élargir leur réseau.

L’inscription est nécessaire via le formulaire en ligne suivant.
La participation à la JED vaut pour formation doctorale transversale (6H pour la journée). Les doctorants qui souhaitent faire attester leur participation doivent aussi s’inscrire dans Siged (Formation B15).

La journée se déroulera le jeudi 20 avril 2017, à la Maison internationale des langues et des cultures (35 rue Raulin - 69007 Lyon).

En savoir plus : consulter la page Web dédiée

RAPPEL : Troisième séance du séminaire « Politisation et participation » (25/04/2017)

La troisième séance du séminaire « Politisation et participation » co-organisé par les laboratoires Triangle et CMW est ouverte au public.

Son invité en sera Jonathan Bocquet, doctorant en science politique à l’Université Lumière Lyon-2. Il viendra présenter un chapitre de sa thèse intitulé :

« Militer dans un parti politique à l’heure de l’impératif participatif »

Merci de contacter Francesca Quercia si vous êtes intéressés par la lecture de son chapitre et si vous souhaitez participer au séminaire.

Contact : Francesca Quercia
En savoir plus : consulter la page Web du séminaire à l’adresse suivante

RAPPEL : Journée d’étude : « Potentialités des corps handicapés » (28/04/2017)

L’équipe 3, Politiques de la connaissance du Centre Max Weber et le Laboratoire junior Théories et Performances des Genres (ENS-Lyon) organisent une journée d’étude intitulée :

« Potentialités des corps handicapés »

Résumé : Le laboratoire junior Théorie et Performance des Genres (ENS-Lyon) et l’équipe PoCo s’associent pour une journée d’étude consacrée à la puissance des corps réputés altérés, limités et passifs.
Puissance d’agir, mais aussi puissance heuristique et puissance expérimentale et créative. Il s’agira d’aborder la contrainte liée aux vécus de handicap sous l’angle des potentialités qu’elle recèle : comment des épistémologies situées basées sur l’expérience du handicap offrent-elles un point d’entrée privilégié pour penser le(s) corps, l’hétéronormativité, l’autonomie, la validité, les oppressions, ou bien encore les rapports de production ? En quoi les revendications handis, au-delà de leurs spécificités, sont-elles porteuses d’interrogations plus larges, par exemple autour des normes corporelles et sexuelles ?

Par ailleurs, comment le militantisme fournit-il des identifications et ouvre-t-il sur des devenirs alternatifs aux assignations décapacitantes ? Comment, enfin, l’expérience de la contrainte physique peut-elle être génératrice dans le registre de l’expérience somatique et sensible ou artistique ?

La journée est ouverte à tou-te-s sur inscription à l’adresse suivante.
La soirée sera consacrée à une projection-débat faisant l’objet d’une inscription séparée.

Attention : date limite d’inscription pour bénéficier des repas : aujourd’hui, mardi 18 avril.

La journée est organisée le vendredi 28 avril 2017, à l’ENS de Lyon, en salle F101 (15 parvis René Descartes - 69007 Lyon).

Contact : Aurélia Léon
En savoir plus : programme en pièce jointe :

Sixième séance du séminaire de l’équipe TIPO (05/05/2017)

L’équipe 1 Travail, institutions, professions et organisations invite à la sixième séance de son séminaire 2016-2017.

Son invitée en sera Alexandra Bidet (chargée de recherche CNRS, Centre Maurice Halbwachs).

Intitulé de l’intervention : « Sociologie et pragmatisme »

La séance aura lieu le vendredi 5 mai 2017 de 10h à 13h, en salle André Frossard de l’Institut des sciences de l’homme (14 avenue Berthelot - 69007 Lyon).

En savoir plus : programme du séminaire en pièce jointe :

Journée d’étude : « Trajectoires et dynamiques des réseaux : approches quantitatives » (11/05/2017)

Le Centre Max Weber, avec le soutien de l’IXXI, du GDR Analyse de réseaux en sciences humaines et sociales, invite à une journée d’étude sur la thématique de l’analyse des réseaux et des trajectoires.

Intitulé : « Trajectoires et dynamiques des réseaux : approches quantitatives »

Résumé : la question des dynamiques temporelles des systèmes sociaux est centrale aussi bien pour la science des réseaux complexes que pour les sciences sociales. Cette journée d’étude vise à rassembler des chercheurs de tous les horizons disciplinaires (sciences physiques, mathématiques, informatique, histoire, sociologie…), pour échanger sur les avancées récentes en analyse des réseaux et des trajectoires.

Comment les réseaux sociaux se transforment-ils ? Quelles relations entre trajectoires individuelles et évolutions des structures sociales ? Les intervenant-e-s présenteront et discuteront des recherches en cours qui mettent ces questions à l’épreuve d’un panel diversifié de sources de données empiriques, depuis les grandes enquêtes statistiques internationales jusqu’aux données massives du Web, en passant par des corpus de données historiques issus de traitements quantitatifs d’archives.

La journée est organisée le jeudi 11 mai 2017, à l’ENS de Lyon,site Buisson, en salle de conférences de l’Institut français de l’éducation (19 allée de Fontenay - 69007 Lyon).

Contact : Pierre Mercklé
En savoir plus : programme en pièce jointe :

Cinquième séance du séminaire de l’équipe DVP : Katherine E. Hoffman (19/05/2017)

L’équipe 2, Dynamiques sociales et politiques de la vie privée, invite à la cinquième séance publique de son séminaire 2016-2017 (après l’annulation de la séance du 14 avril) .

Son invitée en sera Katherine E. Hoffman, anthropologue et professeure agrégée à Northwestern University (États-Unis). Elle est accueillie cette année par le Collegium de Lyon.

Elle s’est spécialisée dans la relation entre l’ethnicité, le droit, l’histoire, la politique économique et l’expressivité culturelle.

Intitulé de l’intervention : « Régimes de soin : la tutelle islamique (“kafala”) et l’adoption transnationale des orphelins musulmans »

Résumé partiel : cette communication se propose d’examiner la transposition de la tutelle islamique (kafala en arabe) des enfants abandonnés nés en Algérie et au Maroc et élevés par des citoyens français (souvent d’origine maghrébine). L’existence des familles formées par kafala entraîne en pratique une confrontation juridique des conceptions de la famille et de la possibilité d’une parenté non-biologique et même non-matrimoniale des enfants nés dans les pays qui prohibent l’adoption (tabanni en arabe). Le parent kafil, qu’il soit au Maroc, en Algérie, ou à l’étranger, assume la délégation d’autorité parentale afin d’assurer la protection, la satisfaction des besoins, et l’éducation de l’enfant makfoul jusqu’à l’âge adulte, une obligation de soin qui n’entraine ni droits de filiation ni succession. Bien que de nombreux parents kafils considèrent leurs charges comme leurs propres enfants, en France, ces familles de facto sont mis en question par les institutions et les législations limitant leur accès au statut de famille de jure.

L’approche qualitative et anthropologique de ce projet de recherche prend en considération le vécu de ces familles aux marges de la parenté, les besoins des enfants adoptés aux services sociaux et psychologiques suite à l’abandon maternel, et les acteurs sociaux, les documents, les législations, et les idéologies qu’ils rencontrent au long de leurs efforts de solidifier et légitimer leur vie familiale. Il s’agit d’une question sociale brûlante dans la mesure où la France est confrontée aux difficultés juridiques que posent ses familles musulmanes transnationales, dans un contexte où les parents candidats se tournent de plus en plus vers l’Afrique du Nord, face au déclin des possibilités d’adoption nationale ou internationale.

La séance aura lieu le vendredi 19 mai 2017 de 10h à 13h, en salle Berty Albrecht de l’Institut des sciences de l’homme (16 avenue Berthelot - 69007 Lyon).

Contact : Gaëlle Clavandier
En savoir plus : présentation détaillée de K. E. Hoffman et de la séance en pièce jointe :

PUBLICATIONS / INTERVENTIONS / PRIX

Lancement de la collection « Actions collectives » aux Presses universitaires de Lyon (dir. S. Béroud, C. Hamidi et L. Mathieu)

Actions collectives : le pluriel du titre de cette collection atteste que les formes collectives de la participation politique sont diverses et ne se laissent pas ranger dans des catégories fermées – mouvements sociaux, politique contestataire, conflits du travail, etc. – mais aussi qu’elles entretiennent des proximités qui interdisent tout cloisonnement disciplinaire. Qu’il s’agisse de mobilisation protestataire, d’action syndicale, d’engagement associatif ou humanitaire, que leurs expressions soient perturbatrices ou pacifiques, qu’elles se déploient ici ou ailleurs, qu’elles se conjuguent au passé ou s’inscrivent dans le présent, les actions collectives seront abordées en restituant leur ancrage dans des contextes historiques précis et dans des rapports sociaux plus larges.

La collection entend également privilégier la diversité des éclairages propres aux sciences sociales tout en combinant rigueur analytique et souci d’ancrage empirique des recherches.

En savoir plus : consulter la page Web de l’éditeur

« La douce science des coups. La boxe comme paradigme d’une sociologie de la domination » (J. Beauchez, in Revue française de sociologie, vol. 58, 2017/1)

La boxe, ou la « douce science » des coups (« sweet science » en anglais), est loin de représenter un sujet mineur pour les sociologues et les ethnographes. De plus en plus nombreux, leurs travaux constituent autant d’analyses où s’affrontent non seulement des corps, mais aussi différentes conceptions de l’enquête et du rapport des chercheurs à leurs terrains.
En les parcourant un à un, cet article retrace l’histoire d’un objet sociologique dont les contours restaient à définir. Il montre que, au-delà de leurs différences, les manières de comprendre ou d’expliquer la condition de boxeur sont toutes traversées par une question centrale : celle de la domination. Tandis qu’elle est au principe des combats livrés sur le ring, les chercheurs en perçoivent les expressions à l’intersection du « genre », de la « classe » et de la « race ». Aussi ne manquent-ils pas de voir, dans les scènes pugilistiques, diverses représentations des luttes que livrent les subalternes contre les forces d’exclusion tendant à les maintenir dans des positions socialement dominées.

En savoir plus : article disponible en texte intégral via CAIRN (accès authentifié)

« Citoyenneté de non citoyens » (M. Derycke (dir.), Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2016)

Ils/elles sont mères sans papiers, citoyens effacé(e)s en Slovénie, sourd(e)s, illettré(e)s, Tsiganes et voyageurs, personnes en situation de handicap, ou occupent des emplois subalternes… mais, ici ou ailleurs, souvent invisibles, tou(te)s, s’efforcent de vivre sinon de survivre pour les leurs. Ce faisant, ils créent pour la plupart une zone franche bien à eux. Car, par-delà le milieu dans lequel ils se terrent, ils agissent, attentifs, « en font plus », transforment et participent à la société. Sans eux, elle ne serait pas la même. Encore faut-il aller les voir, échanger, partager leur secret et décrire les pratiques par lesquelles ils s’affranchissent localement des assignations qui en font des assistés, sinon des fauteurs de trouble.
Leurs contributions, les inventions surgies de leur lutte quotidienne et dont on les croyait incapables se transmettent moins par le dire, médium que privilégient les dominants, que par la contagion des pratiques qui dépassent la barrière des préjugés. Porter un autre regard sur celles et ceux qui ont été rejetés aux marges, c’est aussi considérer autrement la politique : avec eux, le mot émancipation reprend sens.

En savoir plus : consulter la page Web de l’éditeur

Festival Pint of Science : participation de cinq membres du CMW (15-17/05/2017)

Le Festival Pint of Science invite de brillants scientifiques dans votre bar préféré pour discuter avec vous de leurs dernières recherches et découvertes.

Cinq membres du Centre Max Weber interviendront sur la thématique du travail, au Café de la Cloche (4 Rue de la Charité - 69002 Lyon) :

En savoir plus : programme des événements organisés à Lyon consultable à l’adresse suivante

APPELS À CONTRIBUTIONS/CANDIDATURES

RAPPEL : Région AURA : Appel à projets « Soutien aux coopérations universitaires et scientifiques internationales » (05/05/2017)

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a lancé un appel à projets intitulé « Soutien aux coopérations universitaires et scientifiques internationales ». Cet appel remplace les dispositifs « COOPERA » et « CMIRA », qui existaient jusqu’à présent.

La Région souhaite favoriser le rayonnement et la valorisation de notre enseignement supérieur et de notre recherche sur la scène européenne et internationale et pour cela :

Les projets soutenus devront s’inscrire dans le cadre des 8 grands domaines d’excellence de la région (DOMEX) et/ou s’inscrire dans un partenariat géographique privilégié par la Région.
Cet appel à projets est divisé en trois axes, mais les projets soumis pourront émarger sur un ou plusieurs de ces axes :

Sélection des projets :

L’Université Lumière Lyon 2 demande :

- Date limite de dépôt des projets (voir document joint « Saisie dossier ») sur le site (https://sicorra.rhonealpes.fr/SicorraNet/Accueil.aspx) : 28/04/2017 ;
- Commission interne de sélection (SRI-DRED) : 03/05/2017.

Contact : Cooperationsinternationales.ESRI@auvergnerhonealpes.fr
En savoir plus : appel à projets et textes explicatifs disponibles à l’adresse suivante ; courrier des VP de Lyon 2 en pièce jointe :

Appel à communications : Journée d’étude : « Enseigner la sociologie dans le supérieur. En-quête des pratiques » (01/06/2017)

Le Centre Max Weber co-organise une journée d’étude s’inscrivant dans un projet retenu dans le cadre de la campagne à projets 2017 du LLE (Laboratoire de l’Éducation, UMR 3773 de l’ENS de Lyon).
Un appel à communications afférent est ouvert.

Intitulé de la journée : « Enseigner la sociologie dans le supérieur. En-quête des pratiques »

Un appel à communications afférent est ouvert.

Argumentaire partiel : une première journée d’étude avait été organisée en juin 2016 à Lyon sous le titre « Des sciences sociales : des savoirs et pratiques à et pour enseigner ». En continuité avec celle-ci, l’objectif de cette seconde journée d’étude sera de poursuivre le questionnement des pratiques d’enseignement de la sociologie dans le supérieur.

Il s’agit donc d’inviter les enseignants du supérieur à évoquer leurs propres pratiques, en tenant compte à la fois de la diversité des lieux d’exercice, des populations étudiantes, des conditions d’enseignement et, éventuellement, des liens qu’ils font entre leurs pratiques d’enseignement et leurs activités de recherche. Il s’agit de venir présenter ce que l’on fait au quotidien sans que cela soit forcément adossé à des résultats de recherche.

Les communications pourront se faire à partir d’une entrée sur une thématique donnée (par exemple « Enseigner les classes sociales », « Enseigner le genre », etc.) ou à partir d’une problématique particulière (par exemple « Enseigner dans des formations à dominante non sociologique », « Enseigner à des publics socialement différenciés », « dans des niveaux universitaires variés », etc.). Dans tous les cas, une contextualisation des pratiques et une réflexivité seront attendues. La question des manières dont on peut produire cette réflexivité sur les pratiques via des techniques et méthodes mobilisées dans les pratiques scientifiques (par exemple l’ethnographie, la socio-analyse) pourra également être abordée.

Délai de soumission d’une proposition de contribution : 1er juin 2017.

Un document de 4000 signes, espaces compris, est attendu, présentant les coordonnées et statut du ou des contributeurs. La proposition est à envoyer à claire.piluso@univ-lyon2.fr et stephanie.tralongo@univ-lyon2.fr

La journée d’étude se déroulera le 10 novembre 2017, à l’ENS de Lyon.

Contact : Stéphanie Tralongo et Claire Piluso
En savoir plus : argumentaire complet en pièce jointe :

RAPPEL : Appel à contributions : revue Réseaux : « L’internet des classes populaires » (01/06/2017)

La revue Réseaux programme un dossier sur les appropriations des nouvelles technologies par les classes populaires.

Argumentaire : la littérature sur les usages d’internet porte trop souvent sur les jeunes, les diplômés, les urbains - comme en témoigne le grand nombre d’enquêtes menées auprès de publics étudiants. Il s’agit ici au contraire de porter le regard sur des individus issus des fractions non diplômées de la population, qui n’ont pas ou peu d’usage de l’informatique dans le cadre de leur activité professionnelle, mais utilisent internet dans le cadre de leur vie privée. Il s’agit souvent d’usages qui sont restés invisibles au regard des sciences sociales.

Les domaines couverts par l’appel sont larges : les articles peuvent traiter de la question des sociabilités - familiales, amicales, professionnelles -, des transformations dans le rapport au savoir, aux connaissances et aux experts (médecins ou enseignants par exemple), ou des évolutions dans les pratiques de loisir, l’organisation des hobbys et la constitution des portefeuilles de goûts culturels. Le recours à internet pour améliorer ses conditions d’existence (recherche de bons plans, nouvelles pratiques marchandes, petits métiers secondaires) entre tout à fait dans le cadre de cet appel.

Les articles doivent reposer sur une enquête de terrain qui devra être mentionnée de façon explicite dans la proposition.

Les propositions d’articles d’une à deux pages sont attendues pour le 1er juin 2017.

Les intentions de contribution et les textes sont à adresser à : aurelie.bur@enpc.fr.

En savoir plus : appel à articles consultable à l’adresse suivante

ANR : Pré-appel d’offres ORA : Open Research Area for the social sciences (05/07/2017)

L’Agence nationale de la recherche (ANR) a effectué la pré-annonce de lancement de l’appel d’offres ORA 2017.

L’initiative ORA - Open Research Area for the social sciences réunit depuis 2010 les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France dans le but de renforcer la coopération internationale dans le domaine des sciences sociales. Dans ce cadre, un appel conjoint est prévu pour la fin avril. Il sera ouvert à la collaboration avec les chercheurs japonais.

Pour ce nouvel appel, tout type de collaborations bilatérales ou multilatérales impliquant des équipes d’Allemagne, de France, des Pays-Bas et du Royaume-Uni sera éligible, à l’exception de projets bilatéraux franco-allemands pour lesquels un programme spécifique en sciences humaines et sociales existe. L’édition 2017 de l’appel ORA prévoit en outre la participation possible de chercheurs japonais. L’agence nippone – la Société japonaise pour la promotion de la science (JSPS) – participera en tant que partenaire associé à ORA et lancera ainsi un appel spécifique pour les chercheurs japonais. De plus amples informations sur les modalités de participation seront fournies dans le texte de l’appel à projets.

L’appel à projets devrait être publié fin avril sur le site de l’ANR et clore le 5 juillet 2017. L’agence allemande (DFG) assurera la coordination de cet appel et prendra en charge la réception des projets.

Contact : Pierre-Olivier Pin, Xavier Engels
En savoir plus : consulter la page Web dédiée

FINANCEMENT DE LA RECHERCHE

Université de Neuchâtel : Offre de postdoctorat : sociologie du travail/sociologie économique (07/05/2017)

L’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel met au concours un poste de postdoc.

Titré exigé : doctorat en sociologie obtenu dans les 3 dernières années. Une spécialisation dans le domaine de la sociologie du travail serait un atout. Le/la candidat-e doit être titulaire d’un titre ou d’une expérience de recherche acquis dans une autre université.

Entrée en fonction : 1er juillet 2017 (ou à convenir)

Date limite d’envoi des candidatures : 07 mai 2017.

Contact : christian.suter@unine.ch
En savoir plus : offre complète en pièce jointe :

Ouverture de l’appel à projets franco-brésilien CAPES-COFECUB (23/05/2017)

Le programme CAPES-COFECUB France-Brésil a pour partenaires institutionnels, pour le Brésil, la CAPES (Coordination pour le perfectionnement du personnel de l’enseignement supérieur, agence qui dépend du ministère de l’Éducation) ; pour la France, le ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI) et le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR).

Le projet est une collaboration de recherche permettant de former des docteurs brésiliens et français encadrés par des chercheurs permanents.

Le programme est ouvert à tous les champs disciplinaires.

Date limite de réception des projets : 23 mai 2017.

En savoir plus : consulter la page Web du programme

Prix du jeune chercheur de la Métropole de Lyon (31/05/2017)

La Métropole de Lyon lance, comme chaque année, un appel à candidatures pour son prix jeune chercheur, récompensé de trois prix de 5 000 € chacun, selon 3 grands thèmes :

Les candidats doivent avoir suivi une partie au moins de leur cursus universitaire, thèse ou post doc, dans l’un des établissements de l’Université de Lyon, et avoir soutenu leur thèse entre le 1er mai 2012 et le 1er mai 2017.

Date limite de candidature : 31 mai 2017.

Contact : prixjeunechercheur@grandlyon.com
En savoir plus : consulter la page Web dédiée

ACCOMPAGNEMENT/FORMATIONS

RAPPEL : Prochain « Espace Quanti » du Centre Max Weber (16/05/2017)

L’Espace quanti du Centre Max Weber est un espace de co-travail et d’entraide autour de tout ce qui a trait aux méthodes quantitatives. Il est ouvert à tous et toutes, vous venez quand vous voulez, avec votre ordinateur, vos données, vos questions, et vous restez le temps que vous voulez.

Il est animé par deux ingénieurs d’étude du laboratoire, Karine Pietropaoli et Julien Barnier.

Le prochain Espace quanti du Centre Max Weber aura lieu mardi 16 mai 2017, de 9h à 12h, à l’ISH, en salle Berty Albrecht (16 avenue Berthelot - 69007 Lyon).

Pour être consulté pour le choix des prochaines dates, n’hésitez pas à rejoindre la liste cmw-data : https://listes.ens-lyon.fr/sympa/subscribe/cmw-data.

Contact : Karine Pietropaoli et Julien Barnier
En savoir plus : consulter la page Web dédiée

Cliquez ici si ce message ne s'affiche pas correctement