Centre Max Weber - UMR 5283

Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations

Propriétés des créateurs et propriétés de leurs créations : sociologies implicites des œuvres et socialisation

Sous la direction de Bernard Lahire

Il s’agit d’une recherche collective menée entre juin 2006 et juin 2010, sous la responsabilité scientifique de Bernard Lahire et avec la participation de Julien Bertrand, Géraldine Bois, Samuel Coavoux, Muriel Darmon, Sophie Denave, Christine Détrez, Fabienne Federini, Laure Flandrin, Frédérique Giraud, Gaëlle Henri, Delphine Moraldo, Aurélien Raynaud, Émilie Saunier et Olivier Vanhée, elle a été financée dans le cadre du Cluster 13–Cultures, patrimoine et création de la Région Rhône-Alpes.

Les textes littéraires déployant toujours des représentations implicites des formes de vie sociales, le sociologue peut faire l’étude des schèmes d’interprétation du social mis en œuvre par les écrivains dans leur écriture littéraire. Il s’agit alors d’analyser les cadres cognitifs et culturels ayant guidé leur plume. Dans une telle perspective, ce n’est pas le « réel historique » que l’on cherche à appréhender dans les œuvres littéraires, mais le sens du social que leurs auteurs mettent en œuvre pour écrire ce qu’ils écrivent. Dans un second temps, le texte littéraire est mis en relation avec des données concernant les expériences socialisatrices à travers lesquelles l’écrivain a formé son sens du social. Chaque participant a conduit une étude de cas (A. Cohen, A. Djebar, M. Duras, M. Eden, J. Fante, P. Fox, F. Kafka, D. Lodge, H. P. Lovecraft, P. Nizan, A. Nothomb, Stendhal, J. Vallès, E. Zola).

La recherche a donné lieu à la publication d’un ouvrage : Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains (sous la direction de), Paris, Éditions des archives contemporaines/Éditions scientifiques, 2011, 570 p.

Logo CNRS Logo Lyon 2 Logo ENS Logo Jean Monnet
Intranet Plan du site Mentions légales