Centre Max Weber - UMR 5283

Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations

Théâtre classique et mise en scène. Quand la création construit le patrimoine.

Serge Proust

Ce projet de recherche, qui bénéfice d’un financement du Cluster 13 (Cultures, patrimoine et création) de la Région Rhône-Alpes porte sur une logique « patrimoniale » qui existe, au sein du champ théâtral français, et principalement au sein du pôle public. Cette logique se manifeste par l’usage récurrent et parfois répétitif d’un corpus limité de textes qui accèdent ainsi au statut de « classiques » Cela concerne aussi bien des textes anciens (sur la durée de sa carrière Giorgio Strehler a proposé 7 versions de Arlequin serviteur de deux maîtres) que contemporains (cf. en attendant Godot).

L’hypothèse fondamentale de cette recherche pose que l’usage de ces textes est au cœur de l’affirmation d’un théâtre d’art fondé sur la prééminence de la mise en scène et du metteur en scène qui se manifeste de plusieurs manières. Le metteur en scène doit manifester sa capacité à mobiliser des ressources matérielles importantes et diriger des collectifs de travail parfois élargis. Tout en s’inscrivant dans une histoire spécifique (il existe une histoire des mises en scène d’Hamlet), il doit démontrer ses capacités innovatrices. L’équipe artistique (le metteur en scène, le dramaturge, etc.) doit maîtriser un capital intellectuel diversifié permettant d’inscrire la production artistique dans cette histoire tout en se confrontant aux diverses commentaires artistiques, politiques et philosophiques qui accompagnent cette patrimonialisation et contribuent à la constituer.

Logo CNRS Logo Lyon 2 Logo ENS Logo Jean Monnet
Intranet Plan du site Mentions légales