Gaëlle Clavandier

Chercheur.e.s, enseignant.e.s-chercheur.e.s - Université Jean Monnet, Saint-Etienne

Maître de conférences HDR - Sociologue et Anthropologue

Équipe Dynamiques sociales et politiques de la vie privée

Responsable équipe Dynamiques sociales et politiques de la vie privée (avec Corinne Rostaing)

Chercheur associé au Laboratoire ADES (UMR 7268) Aix-Marseille Univ. - Anthropologie bio-culturelle, droit, éthique et santé (équipe Anthropologie médico-légale)

Membre du GAAF, Groupe d’anthropologie et d’archéologie du funéraire

Membre du Comité scientifique de la SFAP Société Française d’Accompagnement et de soins Palliatifs

Membre du Groupe Interinstitutionnel Deuil périnatal, piloté par le Grand Lyon

Membre du réseau Death and culture, Université de York, Great-Britain

Page personnelle : https://mort-anthropologie.com/authors/

THEMES DE RECHERCHE :

Sociologie de la mort et du mourir – Sociology of death and dying

Sociologie des catastrophes – Disasters studies

Mort périnatale – Stillbirth and perinatal grieving

MANUSCRIT d’HDR

Principe de sépulture et statut de personne. Le sort des foetus et mort-nés, octobre 2017, Université Lyon 2, Jean-Hugues Déchaux (garant), Dominique Memmi (président du jury), Elisabeth Anstett, Michel Castra, Katherine E. Hoffman (rapporteurs), Baptiste Coulmont (examinateur).

OUVRAGES PUBLIES :

avec Philippe Charrier, Vincent Gourdon, Catherine Rollet et Nathalie Sage Pranchère (dir.), Morts avant de naître, Dead before being born, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2018. [ouvrage bilangue]

avec Philippe Charrier, Sociologie de la naissance, Paris, Armand Colin, 2013.

Sociologie de la mort. Vivre et mourir dans la société contemporaine, Paris, Armand Colin, 2009.

La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions, 2004.

OBJETS DE RECHERCHE ACTUELS :

Devenir des corps « intermédiaires », des fragments et des restes humains anciens

Quel statut et quel devenir pour les restes humains « intermédiaires » ? Cette question est débattue chez les juristes, mais donne lieu également à des ajustements pour ceux (en particulier les professionnels qui sont amenés à traiter, prendre en charge, ces corps qui n’ont pas le statut de dépouille mortelle. Elle est particulièrement saillante pour le cas des fœtus et des mort-nés (cf. infra), mais se pose également pour d’autres terrains statistiquement plus rares, comme celui des catastrophes (notamment les crashs) où les fragments de corps non identifiés donnent lieu à une nouvelle gestion. Dans un autre espace temps, le devenir des restes humains anciens provenant soit de collections archéologiques ou anthropologiques, soit de fouilles archéologiques programmées génèrent des débats au sein des institutions culturelles et patrimoniales. On observe actuellement une attention accrue envers ce type de "corps", qui se traduit par leur entrée (ou parfois leur retrait de) dans l’espace public (notamment le cimetière), de façon effective ou de manière plus symbolique.

Mort périnatale

Un changement de sensibilité intervient dans les années 1990 au sujet de la prise en charge des mort-nés et de l’accompagnement des familles face à ce type d’épreuve. Désormais, le deuil périnatal est considéré comme un deuil à part entière et donne lieu à des préconisations dans les établissements de santé. La réglementation de l’état civil et celle relative aux sépultures se sont assouplies permettant aux « parents » qui le souhaitent d’enregistrer cet enfant sans vie, de le prénommer et d’en faire mention sur le livret de famille, puis dans un second temps de pourvoir éventuellement aux obsèques de ce dernier. Les résultats de nos travaux montrent que c’est davantage le(s) parent(s) qui sont reconnus que « l’enfant », puisque la reconnaissance est intimement liée au projet qu’ont ses parents (concepteurs) à son égard. La variabilité des situations tant à produire des bricolages profanes qui crée certes de l’innovation, mais aussi des inégalités.


PROGRAMMES DE RECHERCHE EN COURS

1/ PERISENS : Périnatal, statuts, enregistrements et statistiques. Processus de reconnaissance des enfants sans vie : entre traitements différenciés et inégalités

- Projet 3 ans (2016-2019)
- Financement de la Mission recherche Droit et justice et de la Fondation des Services Funéraires Ville de Paris sous l’égide de la fondation de France
- Sous la direction de Gaëlle CLAVANDIER, Guillaume ROUSSET

http://www.gip-recherche-justice.fr/publication/perisens-perinatal-statuts-enregistrements-et-statistiques-processus-de-reconnaissance-des-enfants-sans-vie-entre-traitements-differencies-et-inegalites/

2/ Transitions funéraires en Occident, de l’Antiquité à nos jours

- Projet de 5 ans (2017-2021)
- Soutien de l’Ecole Française de Rome
- Sous la direction de Guillaume CUCHET, Nicolas LAUBRY, Michel LAUWERS

http://www.efrome.it/la-recherche/programmes/programmes-scientifiques-2017-2021.html

Dernières publications

2018

2017

2016

2015

2014

2013

  • Gaëlle Clavandier, « Catastrophes et émotions » in F. Fernandez, S. Lézé, H. Marche (dir.), Les émotions. Une approche de la vie sociale, Les éditions des archives contemporaines, 2013
    Chapitre d'ouvrageHAL

2012

2011

  • Gaëlle Clavandier, « Gettings to Grips with Disaster », La vie des idées, Dossier coordonné par Ph. Simay et F. Guénard "Du risque à la catastrophe, à propos d'un nouveau par, La Vie des Idées, 2011
    ArticleHAL
  • Gaëlle Clavandier, « Faire face à la catastrophe », La vie des idées, Du risque à la catastrophe, à propos d'un nouveau paradigme, La Vie des Idées, 2011
    ArticleHAL

2010

2009

2008

2007

 Liste complète des publications sur HAL-SHS