Quatrième séance du séminaire de l’équipe DVP (12/03/2021)

Date :Vendredi 12 mars 2021 10:00-12:30

L’équipe 2, Dynamiques sociales et politiques de la vie privée, convie à la quatrième séance publique de son séminaire 2020-2021.

Elle aura pour invitées Cherry Schrecker (université de Grenoble Alpes, laboratoire PACTE), Pauline Launay (université de Grenoble Alpes, laboratoire PACTE) et notre collègue Gaëlle Clavandier (université Jean Monnet de Saint-Étienne).

Intitulé de l’intervention : Reconfigurations de l’habiter en EHPAD durant le « premier confinement ». Mesures sanitaires et Pandémie de Covid-19

La pandémie de COVID-19, notamment en raison des confinements mis en œuvre afin de protéger les résident.e.s, a transformé le « vivre » en EHPAD. Au vu des publics accueillis (personnes âgés et vulnérables) et de la configuration de ces lieux d’habitation conduisant au partage fréquent des espaces publiques, les EHPAD sont devenus des lieux de contamination à haut risque, transformant ces « lieux de vie » en « lieux de soins ». Les mesures sanitaires visant à protéger les résidents et les professionnels ont eu de multiples effets : la réorganisation des services et des espaces, la redéfinition des rôles et des activités des professionnel.le.s et des résident.e.s, la restriction des libertés et la raréfaction des liens avec l’extérieur et avec les proches pour les résidents.

Cette intervention abordera les reconfigurations de l’habiter en EHPAD durant le premier confinement (mars-mai 2020). Elle se fonde sur une recherche nationale, COVIDEHPAD [1].

Il s’agira d’analyser, à partir d’entretiens semi-directifs conduits auprès des résident.e.s et des professionnel.le.s exerçant en EHPAD, quels types d’ajustements ont été mis en place et comment cette période a été vécue. Il s’avère qu’en fonction des établissements, les principes du « confinement » n’ont pas été appliquées partout de la même façon. La configuration spatiale, les types de publics accueillis, comme les politiques d’établissement et l’interprétation des directives venant de l’extérieur (gouvernement, ARS, etc.), la présence effective, ou non, du virus au sein de l’établissement, ont contribué à adapter les recommandations sanitaires.

Entre un confinement strict en chambre et le maintien d’un cadre de vie ordinaire sans réels bouleversements, on observe un continuum de situations. Ainsi, du point de vue des résidents, au-delà de la situation au sein de chaque établissement, le vécu du confinement a été variable, dépendant en grande partie de leurs ressources propres et du parcours de vie antérieur.

Quatre dimensions de l’habiter seront abordées permettant d’appréhender finement les évolutions de l’habiter durant le confinement : le rapport à la chambre, le rapport à l’espace, le rapport à autrui, le rapport au temps.

La séance aura lieu en visioconférence via Zoom le vendredi 12 mars 2021, de 10h à 12h30.

Pour les personnes intéressées non membres de l’équipe DVP, l’inscription est nécessaire auprès d’Isabelle Sayn. Les détails pratiques vous seront communiqués lors de l’inscription.

Contact : Gaëlle Clavandier et Isabelle Sayn

Notes

[1Le projet COVIDEHPAD a pour objectif de « décrire, analyser et comprendre l’expérience vécue et les pratiques des professionnels, des résidents et de leurs proches, confrontées au confinement, aux situations de fins de vie et de décès advenant en EHPAD lors de la première vague de la pandémie de COVID-19 en France ». Au total, 265 entretiens semi-directifs ont été réalisés dans six régions de France, auprès des acteurs de terrain, des proches ainsi que des résidents (avec différents modes de collecte, via des réseaux professionnels ou personnels), pendant la période de pic épidémique de la première vague et la transition vers le déconfinement.
Pour plus d’informations : https://www.plateforme-recherche-findevie.fr/sites/default/files/inline-content/PNRFV/COVIDEHPAD/bilan-covidEHPAD-phase-1_02-11_2020.pdf.