Séminaire transversal du Centre Max Weber : 2e séance : S. Blanchard et C. Flécher (26/03/2021)

Date :Vendredi 26 mars 14:00-16:00

La deuxième séance de l’édition 2021 du séminaire transversal du Centre Max Weber est organisée. Elle accueillera deux nouvelles maîtresses de conférences auprès de l’université Lumière Lyon 2 et membres du laboratoire : Soline Blanchard et Claire Flécher.

Elles présenteront leurs travaux :

  • Soline Blanchard : La fabrique de l’égalité. Étudier les configurations et les dynamiques d’un espace de promotion du changement social

Lors de cette présentation, Soline Blanchard reviendra d’abord sur son parcours et itinéraire de recherche. Elle présentera ensuite quelques résultats issus d’un programme de recherche sur « l’espace de l’égalité professionnelle », initié lors de sa thèse de doctorat et poursuivi dans plusieurs contextes académiques et institutionnels.

À partir d’une démarche empirique combinant participation observante, entretiens et analyse de documents, ce programme se donne pour objectif d’étudier la façon dont les revendications et les injonctions juridiques en matière d’égalité sont incorporées dans les collectifs de travail, en s’intéressant plus particulièrement au cadrage de ce problème public (catégorisation, définition, légitimation), aux configurations d’acteurs.rices (mobilisations, alliances, négociations, conflits) et aux dispositifs déployés (construction, appropriations, usages, effets).

La présentation de plusieurs typologies permettra d’éclairer les configurations et les dynamiques qui traversent cet espace éclaté, ouvert, peu autonome et peu unifié, et de souligner les enjeux que renferment les initiatives de promotion du changement social au sein du monde économique et managérial.

  • Claire Flécher : Travail, emploi et mobilités de travailleurs en prise avec l’internationalisation des processus production. Le cas du transport maritime

Lors de cette présentation, Claire Flécher reviendra d’abord sur son parcours et itinéraire de recherche. Elle présentera ensuite quelques résultats de sa thèse de doctorat portant sur l’étude d’un secteur d’activité situé au cœur de la mondialisation des activités économiques : le transport maritime. À partir de l’« ethnographie embarquée » réalisée à bord de navires de commerce, cette recherche analyse les recompositions du travail et de l’emploi à la lumière de deux dimensions : la centralité de l’exigence productive de flux continu, et les processus de dérégulation puis re-régulation des marchés du travail.

À bord, ces mutations ont profondément modifié le travail et segmenté les collectifs de travail, mettant ainsi régulièrement en tension les objectifs de sécurité à bord ainsi que la santé des marins. Au-delà du navire, ces mutations induisent de nouvelles formes de mobilités tout en réactualisant l’articulation entre le travail et le hors-travail.
Enfin, ces évolutions ont suscité de profonds déplacements de l’action syndicale qui se déploie dès lors au niveau international, tout en tentant d’articuler son activité à l’échelle locale et nationale. Le secteur du transport maritime et le huis clos du navire constituent ainsi un cas exemplaire pour comprendre comment l’internationalisation des modes de production viennent renouveler les enjeux du travail et de l’emploi, les modes de régulations, les profils et trajectoires professionnelles, tout autant que les rapports sociaux de genre et ethno-raciaux.

La présentation se clôturera sur les pistes envisagées et envisageables pour poursuivre ces recherches au sein du Centre Max Weber, en articulant d’autres projets en cours et les travaux menés par les chercheur.e.s du laboratoire.

Cette séance se déroulera en visioconférence via Big Blue Button, le vendredi 26 mars 2021, de 14h à 16h (lien de connexion transmis via la liste de diffusion du laboratoire).