Intervention de Mathilde Bourrier au séminaire TIPO : « OMS face à MSF : un duopole aux prises avec ses pratiques d’intervention dans la gestion de l’épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest »

Date :Vendredi 9 mars 10:00-12:30
Lieu :en salle André Frossart
Adresse :

Institut des Sciences de l’Homme,
14 avenue Berthelot 69007 Lyon

L’intervention : OMS face à MSF : un duopole aux prises avec ses pratiques d’intervention dans la gestion de l’épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest

De 2014 à 2016, la lutte contre la maladie à virus Ebola a charrié une série de controverses liées au régime d’intervention auprès des populations en Guinée, Sierra Leone et au Libéria, qui a déstabilisé l’ensemble du dispositif de riposte.

Dans cette crise, l’organisation des Médecins Sans Frontières (MSF) a tout particulièrement occupé le devant de la scène médiatique. Par contraste, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mobilisée également, s’est faite plus discrète. Les experts de ces deux organisations, poids lourds du système de santé globale, se sont affrontés au sein d’arènes de négociation techniques sur le terrain de l’efficacité de la réponse, sur les moyens d’endiguer l’épidémie, sur l’attitude à adopter face aux populations affectées.

Les tensions, qui se sont manifestées, ne sont pas le seul fruit d’un positionnement stratégique d’acteurs aux prises avec la défense d’un territoire sur l’échiquier de la santé globale. Elles révèlent les implicites des modes d’intervention et charrient, dès le début, tout un univers de prescriptions génériques, difficilement remises en cause par les acteurs de la réponse. L’objectif dans cet article est de déployer une analyse capable de présenter une incarnation des débats en actes autour de trois controverses concrètes.

En conclusion, on présentera comment des savoirs importants pour l’action, venant en particulier des anthropologues semblent avoir été oubliés au moment d’enclencher les interventions d’urgence, avec comme conséquence d’handicaper les modalités de déploiement de la réponse internationale à une épidémie sans précédent.

L’intervenante :

Mathilde Bourrier

Mathilde Bourrier
est Professeure Ordinaire au département de Sociologie et à l’institut de Recherches Sociologiques de l’Université de Genève. Elle a mené et dirigé diverses recherches autour de la santé et des risques sanitaires dont le projet « Organizing, Communicating, Costing in Risk Governance : Lessons learned from H1N1 pandemic » qui à la source de la présente communication.

Ses publications

Où et Quand ?

Salle André Frossart - Institut des Sciences de l’Homme
vendredi 9 mars 2018
de 10h à 12h30